mon avis c mon avis

07 décembre 2010

Cantona pas qualifié pour être citoyen ?

Eric Cantona propose une nouvelle forme de révolution, somme toute judicieuse : les banques ont crée une monnaie de singe, qui a généré un gros trou virtuel  dans les finances, qui a fini par générer un vrai trou dans les comptes, qui a failli par mettre en péril le système de civilisation. Les Etats ont "aidé" le système financier, en résorbant ce trou virtuel par plus de 4500 milliards de vraie monnaie. D'où viennent ces milliers de milliards ? Première question !
Il est vrai que remettre en péril les banques, cette fois non pas par des traders lâchés sans bride, mais par les pourvoyeurs de vrais billets, qui proviennent du travail et des bas de laine du peuple d'en bas, c'est une manière vraiment pas bête de dire "nous peuple d'en bas, on se retire du système que vous avez créé, que vous maîtrisez, et qui nous écrase. débrouillez-vous sans nous, pour une fois".
Et là, tout le monde accourt :
- 700 000 personnes risquent de perdre leur travail, avertissent les chefs banquiers : oui mais votre système, il en a fait perdre à combien de personnes, depuis 3 ans ?
- c'est irresponsable, s'offusquent les "responsables mais pas coupables".
- Et voilà un ténor de poids : la ministre de la grande finance ! Que dit-elle ?
"Chacun son métier:  je crois qu'il faut intervenir chacun dans sa compétence.".
Ah ? La politique exige une compétence ? alors pourquoi des élections ? Comment y êtes vous arrivée, si ce n'est avec des voix. 
Seriez-vous prête à redire cela à la prochaine campagne électorale ? Deuxième question !
Madame Lagarde, vous êtes à la garde de qui ?
Selon vous, le citoyen doit être assez connaisseur pour vous élire, et assez mouton pour éviter de donner son opinion ? Les citoyens sont donc qualifiés uniquement pour mettre une enveloppe dans une urne, et particulièrement à votre nom, et puis ils ont le devoir de se taire ? Dernière question !
Première réponse : nous sommes tous profondément touchés par une crise dont nous ne sommes aucunement responsables, mais dont vous portez une part importante de responsabilité.
étant les premiers à ressentir toute la douleur dans notre chair et dans notre quotidien, il est normal qu'en démocratie, nous soyons aux premiers postes pour exprimer notre ras-le-bol de votre dos rond, et donner un avis, une réponse, une solution.

PS : je ne peux pas retirer mon argent, je suis à découvert !

Posté par cmonavis à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 novembre 2010

Remaniement

Est-ce ainsi que l'on traite ses électeurs ? Est-ce une marque de respect pour les français ? Que voit-on ?

Le président et le premier ministre qui nous jouent la mascarade de l'effet de surprise : samedi soir, tu me remets ta démission à 19h30, dimanche matin aux aurores je te renomme premier ministre, et on fait courir les journalistes tout le dimanche, on les laisse supputer, pronostiquer, projeter, faire des bilans, téléphoner à leurs indics pour des bruits de couloir. On les laisse attendre dans le froid, dans la rue, on fait entrer et sortir des voitures aux vitres teintées, et nous, on se matera la finale du Masters de Bercy avec un bon rôti de veau. Et 5 minutes avant 20 heures, on fait l'annonce du nouveau gouvernement, et on laisse pas le temps aux journalistes et leurs espions de faire les analyses, et ils y passeront leur soirée du dimanche".

Il parait qu'il aime l'effet de surprise. Mais nous autres, les français travailleurs ou chômeurs, franchement, une surprise comme celle-là, on n'en a cure. Pour nous surprendre, il aurait mieux valu nous dire que notre vie sera désormais moins difficile : pouvoir d'achat, salaires, conditions de travail, créations d'emplois, là on aurait eu des surprises. Mais nous faire croire qu'un homme de 56 ans qui perd son job le samedi à 20 h (et qui laisse son patron en plan) peut retrouver un job le lendemain dimanche à son réveil (chez le même patron), avec un salaire de 20 000 €, c'est une surprise, certes, un buzz même. Mais que ça n'arrive qu'à un seul, et pas à tous les quinquagénères, c'est une incitation à la révolte.

Surprenez nous en créant 20 000 emplois pour les plus de 50 ans d'ici demain matin. à défaut, les effets de manche nous font zapper sur le programme "une nounou d'enfer", puis on ira dormir, parce qu'on a hâte de rêver, et de fermer les yeux sur notre quotidien dont vous avez déserté.

Posté par cmonavis à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]